• Home
  • Insights
  • Digital Wallonia invested in Black Belt program

5/9/2019 - Posted in ICT & Digital

Digital Wallonia invested in Black Belt program

Our expert's opinion

"Recently, we learned that the Walloon government had undertaken some projects in artificial intelligence. One of the first players to benefit from the budget in this strategic positioning of Wallonia in terms of artificial intelligence could be AI Black Belt, a new entrepreneurial structure initiated by Roald Sieberath. The first partners involved on the Walloon side: the Technifutur Competence Centers in Liège and Technofutur TIC in Gosselies.

For those who do not know this method it seems that, according to Olivier Matz, the yellow belt aims at the "how" and the orange belt at the "what and what to do". (You can find more interesting information about the method in the article.)

What do you think, as an entrepreneur? Will these innovative methods have an impact on your business? The strength of services offered to customers?
And as a candidate, what do you think? Will it add value to your skills? And what will be the added value?

At Strand Associates, we are receiving more and more applications from these training centers. We are interested in working with these training structures to help candidates to follow their way to the work market and find their firsts new challenges.

It clearly seems that these new strategies could have a strategic impact on the competences acquired by the candidates coming out of these trainings.

If you are looking for a new challenge in AI or if you are looking for talent with AI competencies, contact us!"

 

- Mickaël Goudmaeker, Associate Consultant

Les “galons” en IA, cela se gagne. “AI Black Belt” s’adressera aux novices, décideurs et développeurs…

 

Récemment, le gouvernement wallon annonçait avoir puisé dans le budget existant de Digital Wallonia pour l’année en cours (à hauteur de 875.000 euros) pour financer de premières actions et projets AI devant jeter les bases d’une “stratégie” de positionnement de la Wallonie en matière d’intelligence artificielle. Relire notre article.

Pour les besoins de cette ébauche de programme Digital Wallonia 4 IA, formations et sensibilisation figurent parmi les priorités identifiées. L’un des premiers bénéficiaires du budget mis à disposition dans le cadre de Digital Wallonia pourrait être (le conditionnel est encore de rigueur – voir plus loin) AI Black Belt, nouvelle structure entrepreneuriale initiée par Roald Sieberath. L’objectif? Organiser formations et séances de sensibilisation (active) tant à Bruxelles (à BeCentral) et en Wallonie. Premiers partenaires embrigadés du côté wallon: les centres de compétences Technifutur à Liège et Technofutur TIC à Gosselies.

Le coup d’envoi de ces formations et séances de sensibilisation/familiarisation sera donné ce mercredi 8 mai à l’Axisparc de Mont-Saint-Guibert. Plus d’info sur cette première session via notre rubrique Agenda.

Echelle de maîtrise IA

Comme le nom l’indique, plusieurs “degrés” de maîtrise seront enseignés – à l’image des ceintures colorées dispensées dans le cadre de la pratique des arts martiaux. 

Les formations proposées seront de format, de durée et de degré de spécialisation différents – de la “ceinture blanche” à la “ceinture noire”. Elles viseront par ailleurs des publics différents – professionnels, décideurs, développeurs, personnes actives désireuses de réorienter ou d’enrichir leur profil…
Passons cela rapidement en revue.

La “ceinture blanche” est un trophée que peut décrocher le “commun des mortels”. Elle correspond en effet à une connaissance basique de ce qu’est l’intelligence artificielle et de ce qu’elle peut permettre de réaliser, dans un contexte professionnel ou quotidien. Pour ce faire, des sessions de sensibilisation – gratuites – d’une durée de deux ou trois heures seront organisées. L’agenda des sessions doit encore en être déterminé mais le premier événement organisé mercredi 8 mai à Mont-Saint-Guibert sera de ce type. Un deuxième se déroulera, en anglais, le 14 mai à Bruxelles – non pas à BeCentral (pas d’espace suffisant au vu du nombre de pré-inscrits) mais plutôt sans doute chez Agoria.

“Ces sessions visent quiconque est intéressé par l’IA”, souligne Olivier Matz, chef de projet chez Technifutur. “Cela permettra aux personnes actives de découvrir comment l’IA peut être utile dans le cadre de leur entreprise, comment un département pour s’en servir pour améliorer ses services, comment faire pour se lancer à l’eau… Le but de ces sessions “white belt” est de toucher un maximum de gens.”

Les choses deviennent sérieuses – et payantes – à partir des “degrés” jaune et orange. La cible en est d’ailleurs différente et l’on parle ici de sessions de formation, en mode pratique et “mains dans le cambouis”, et non plus de sensibilisation.

Le principe en est une plongée immédiate dans l’univers de l’IA et du deep learning. En mode “coding bootcamp” pour les développeurs, en mode découverte active – quizz et exercices à la clé – pour les décideurs. “Des expériences américaines ont confirmé qu’il n’est pas nécessaire d’en passer par un préalable d’acquisitions de compétences mathématiques pour se lancer dans des développements et des réalisations de deep learning”, déclare Roald Sieberath. “On plonge immédiatement dans le code. Cela a l’avantage d’élargir la cible à laquelle on s’adresse.” Il trace un parallèle entre les deux approches possibles de l’apprentissage de la musique: commencer par du solfège ou découvrir directement l’instrument…

Roald Sieberath (AI Black Belt): “Gravissons la montagne ensemble. En progressant marche par marche, chaque marche étant de taille et de profondeur différente afin de rendre la montagne accessible.”

Roald Sieberath dit s’être inspiré de plusieurs initiatives dont celles de Grégory Renard (xBrain), de John Rizzo (classe inversée) ou encore du défunt Java Black Belt. Le côté pratique et concret a beaucoup d’importance à ses yeux: “Les formateurs mettront en évidence et s’appuieront sur le plus de cas industriels concrets possibles.”

Progresser dans l’arc-en-ciel

La ceinture jaune est destinée à des développeurs, ayant déjà un minimum de connaissances (en Python, notamment). La maîtrise des pré-requis sera d’ailleurs évaluée par le biais de questionnaires à remplir et de tests à réaliser en-ligne.

La ceinture orange, elle, vise les managers, chefs de projet, responsables business, les profils non techniques. “On est dans le quoi et le que faire alors que la ceinture jaune vise le comment, les compétences pratiques, le développement et la mise en oeuvre de l’IA.”

Durée des formations (jaune et orange): quatre demi-journées. Ce cycle de formations sera payant (même si une participation de la Région wallonne, sous le couvert du programme Digital Wallonia (1), n’est pas exclue – mais encore à confirmer). Coût de la formation? Comptez plus de 1.200 euros. “Un tarif qui se justifie par le niveau de la formation et des formateurs, certains venant de l’étranger et ayant de nombreuses années d’expérience à leur actif en IA.”

Olivier Matz (Technifutur): “La ceinture jaune vise le comment. La ceinture orange, le quoi et le que faire.”

Parmi ces formateurs, citons  Gilles Louppe  (professeur en AI à l’ULiège), Yannis Chaouche (professeur à la Machine Leaning Academy de Paris, qui a notamment organisé des formations pour L’Oréal), Kevin Françoisse (co-fondateur de Sagacify), Gregory Renard (responsable Applied Artificial Intelligence chez xBrain) ou encore Gautier Krings (data scientist, co-fondateur de Jetpack.ai, conférencier invité à l’UCLouvain).

Viendront ensuite les ceintures vertes, bleues, brunes et noires, à décrocher à l’issue de formations réservées elles aussi à des développeurs et dont le contenu précis doit encore être finalisé. De plus longue durée (minimum une dizaine de jours en mode “summer school” ou selon un horaire compatible avec des activités professionnelles), elles devraient être organisées à partir de l’année prochaine. Elles impliqueront d’avoir déjà pu ceindre la ceinture jaune et nécessiteront un bagage pré-existant de niveau plus élevé. “Par exemple être porteur d’un master en mathématiques. Le but n’est pas d’acquérir des compétences pour développer de petites applications IA mais plutôt de pouvoir par exemple concevoir et déployer de grands projets, se plonger dans la recherche et l’innovation en matière et grâce à l’IA”, souligne Olivier Matz.

A noter que les formations seront complétées par des ressources en-ligne (cours, support, possibilité d’échanger avec la communauté des apprenants – “échange de connaissances, de POC…”.

 

Source: Régional IT

Other insights in ICT & Digital